Flow ou se laisser guider par l’expérience artistique

Photo et brainstorming pour présenter mon projet de peinture naturelle et ma 3e toile (Flow, 35 1/2 » X 35 1/2 ») avec ce type de peinture: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Parfois la créativité fait appel à notre capacité de voir autrement, d’avoir une vue d’ensemble différente de ce que l’on est habitué de voir, de changer notre regard, notre angle de perception, etc.

C’est ce qui s’est passé avec cette toile que j’ai nommé Flow. Par exemple, au départ j’ai peint ce qui est maintenant le bas de la toile comme si c’était le haut de la toile. Et j’ai finalement choisi d’inverser la toile. Je l’ai d’ailleurs fait à quelques reprises au cours des séances de peinture. J’ai pris quelques photos pour voir le résultat en prenant du recul. Le fait de voir la peinture sur photo donne une autre perspective que lorsque l’on regarde directement la toile. Cela m’a aidé à aller plus loin et à me laisser guider par ce qui se produisait dans le moment présent. Je peux dire que j’étais dans un état de Flow et c’est pour cette raison que j’ai intitulé ma toile ainsi.

Photo et toile: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice. Flow: c’est ma 3e toile peinte avec seulement de la peinture naturelle (35 1/2 » X 35 1/2 »). Elle est actuellement en vente à ma boutique Etsy: Energiecreatrice. Vous pouvez l’acheter ou faire une commande personnalisée, inspirée de cette nouvelle collection.
Photo et toile: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice. Flow: c’est ma 3e toile peinte avec seulement de la peinture naturelle (35 1/2 » X 35 1/2 »). Elle est actuellement en vente à ma boutique Etsy: Energiecreatrice. Vous pouvez l’acheter ou faire une commande personnalisée, inspirée de cette nouvelle collection.

La première fois que j’ai entendu parler du concept de Flow c’est lorsque j’étais étudiante à la maîtrise. Je m’intéressais beaucoup aux cours où les enseignants parlaient des loisirs thérapeutiques et des bénéfices des activités de loisirs précisément. Ainsi, lorsque certains des professeurs ont vanté les aspects positifs de lire les livres de Mihály Csíkszentmihályi,  notamment le concept de Flow, il était évident pour moi que je voulais en savoir davantage et que je voulais approfondir ma compréhension à ce sujet. J’ai lu dès lors tout ce qui touchait de près ou de loin à cette théorie. Cet auteur parle d’une expérience optimale. Mon directeur de recherche et un autre enseignant à la maîtrise ont présenté ce concept en classe, c’est ce qui était au coeur de certains cours et de leurs recherches. Ils mesuraient quels étaient les types de loisirs que les gens choisissaient et quelles en étaient leurs expériences optimales pour chacun de ces loisirs.

Il y avait certains cours dont je me souviens que je trouvais très intéressants parce qu’il était question de présenter les bénéfices psychologiques, physiques et autres en ce qui a trait aux loisirs. Bien des gens, à l’époque et encore aujourd’hui accordent que de l’importance au travail et de surcroît celui qui est rémunéré seulement. Mais ce qu’ils semblent oublier alors, c’est que l’humain a besoin de repos, de détente, de ralentir, de ne rien faire et de vivre des expériences de toutes sortes dans des domaines qu’il aime et les loisirs sont d’une grande importance en ce sens car ils peuvent permettent à l’individu de se réaliser pleinement et de vivre et être en harmonie avec lui-même et avec d’autres personnes. Pour ma part, cela a toujours fait partie de mes valeurs et c’est pour cette raison que j’ai étudié dans ce domaine. Les loisirs et les passions ont toujours trouvés une place de premier choix dans ma vie.

A-t-il fallu vivre dans un contexte de pandémie, pour certaines personnes, pour réaliser que le domaine des loisirs est tout aussi important que les autres sphères de notre vie? Je ne sais pas. C’est à chacun d’y répondre pour soi. Quoi qu’il en soit, suivre son courant intérieur et non le courant de la société est la piste qui peut nous mener vers la joie, le bien-être, la plénitude et autres.

En tant que passionnée dans la vie de plusieurs domaines à explorer comme l’art, l’artisanat, la cuisine, la créativité, la psychologie et l’éducation auprès des enfants, l’écriture et la lecture, etc., je me suis tout de suite reconnue dans la définition qu’expose cet auteur. Il est vrai que lorsque l’on se consacre à nos passions, à notre mission de vie, nous plongeons dans un état de bien-être, de béatitude, de joie, de créativité et de fusion avec l’activité qui fait en sorte que l’on en perd la notion du temps. Nous sommes absolument et parfaitement dans le moment présent.

Et vous, est-ce que vous vous sentez parfois en symbiose avec votre art, vos activités qui vous passionnent? Si oui, est-ce que vous savez quelles sont les conditions qui vous permettent de le revivre comme par exemple, les contextes, votre état intérieur, etc.? Sinon, comment pourriez-vous y accéder?

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Recette d’eau d’érable infusée aux épices boréales

Photo d’un extrait d’une carte mentale pour illustrer le ou les déclencheurs qui jouent un rôle dans le tracé d’une idée créative. Sur la photo que vous voyez ci-haut, on peut remarquer que j’ai créé la carte mentale (technique de créativité) à l’aide d’objets qui font référence à la thématique de la cabane à sucre, au temps des sucres, à la visite d’une érablière. Photo et carte mentale: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

J’ai donc utilisé une table à pique-nique pour illustrer le repas de cabane à sucre, J’ai également voulu reproduire l’érablière avec les bûches, la neige, des éléments de la nature et autres. Tout ceci dans le but de présenter mes techniques de créativité d’une manière différente encore une fois et selon la thématique d’aujourd’hui.

L’inspiration peut provenir de diverses sources. Pour cette recette, c’est mon envie d’aller à la cabane à sucre qui a été le déclencheur. Comme il n’est pas possible pour l’instant d’aller manger sur place, j’ai créé un menu cabane à sucre à la maison et j’avais le goût d’utiliser mon eau d’érable. Mon idée combinée au fait que nous sommes maintenant rendu au printemps qui me donne le goût du jardinage et des premières fleurs, je me suis posée la question quelles sont les fleurs et les plantes typiques de cette saison qui pourraient être intégrées à une eau d’érable aromatisée? De plus, je voulais intégrer des ingrédients de la forêt et ceux qui me rappelle une érablière. J’ai fait une recherche pour savoir quelles sont les meilleures harmonies de saveurs.

J’ai testé pour l’instant trois infusions en mélangeant de l’eau d’érable avec des épices boréales. Et je suis agréablement surprise et épatée des parfums et du goût de chaque infusion.

Recette:

Eau d’érable

Pousses d’épinette

Pousses de sapin baumier

Pousses de peuplier baumier

Pour chaque infusion, j’ai remplie un petit pot de 125 ml d’eau d’érable. J’ai ajouté 2 à 3 pousses d’une des épices boréales mentionnées ci-haut. Je peux dire que les épices boréales que j’ai infusées individuellement sont excellentes après une journée passée au frigo. Vous pouvez faire vos propres tests pour savoir à quel moment les saveurs sont à leur meilleur. J’ai goûté aux infusions à température pièce. Je ne sais pas si c’est aussi bon lorsque l’eau est froide. C’est à essayer.

Photos des seaux d’eau d’érable infusée aux épices boréales: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Et vous, quels sont les aliments que Dame Nature nous offre qui vous inspirent pour aromatiser votre eau d’érable?

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Peintures comestibles pour la Saint-Valentin.

Photo et mini carte mentale en image (poudre de betterave, poudre de cacao, poudre de vanille, pépites de cacao, pépites de caroube, pastilles de chocolat blanc, pastilles de chocolat noir, pépites de chocolat au lait, et boule de chocolat au lait) : Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

La créativité peut trouver sa source dans quelque chose de connu, un souvenir d’enfance, une expérience au travail, une passion, et la transférer dans un événement particulier actuel.

Ici, je me suis inspirée de mon expérience d’emploi d’été comme éducatrice en CPE, à l’époque où j’étais étudiante en psychologie à l’université. J’ai travaillé entre autres dans les groupes des poupons de 0-18 mois et j’aimais beaucoup participer aux activité artistiques avec eux, évidemment, puisque l’art fait partie de ma vie depuis ma plus tendre enfance. J’ai toujours osé faire de la peinture avec les très jeunes enfants. Bien sûr, j’utilisais que de la peinture comestible. Il arrive qu’en tant qu’adultes, nous ayons peur de peindre avec les bébés parce que nous croyons qu’ils sont trop petits, qu’ils ne sont pas capables, etc. Mais en réalité, il en est tout autre. Dès qu’ils sont en mesure de manger et de s’asseoir dans leur chaise haute, ils peuvent peindre. Je l’ai expérimenté assez souvent pour me souvenir de l’émerveillement répété auprès d’eux chaque fois qu’ils étaient en contact avec la peinture.

Certains adultes peuvent penser que le fait que de très jeunes enfants peignent avec leurs mains vont les inciter entre autres, à jouer avec leur nourriture et à manger avec leurs mains. Ils ont peur que l’enfant qui jouent avec sa nourriture, n’apprennent pas à bien tenir ses ustensiles et à manger comme un adulte. Mais au fait, ce sont des étapes importantes dans le développement de l’enfant. Plus on permet à l’enfant de jouer, plus il va pouvoir développer des habiletés qui vont lui servir dans tous les domaines. Cela va les aider également à mieux se connaître, à savoir ce qu’ils aiment et ce qu’ils ne veulent pas. Manger et peindre avec leurs mains leur donne l’occasion d’explorer, de découvrir, d’apprendre et aussi d’être en contact avec leurs cinq sens. C’est un appel à l’ouverture au niveau de leur personnalité.

Aujourd’hui, je vous propose en ce jour de la Saint-Valentin, une peinture comestible faite à partir de chocolat pour suivre le thème mais aussi des peintures avec des fruits couleurs passion, comme par exemple des framboises, des fraises, des canneberges, des sirops de bouleaux et de baies de sureau, des smoothies ou des jus, etc. Mais toutes autres idées avec d’autres couleurs sont à expérimenter avec les enfants. Si vous choisissez de leur offrir de la poudre de betterave, de vanille ou de cacao, il est important de la diluer auparavant avec assez d’eau pour que ça ressemble à de l’aquarelle et que ça ne soit pas incommodant pour eux, car les textures de poudre ne sont pas recommandées pour les plus jeunes.

Si vous ne voulez pas donner de chocolat ou de sucre à vos enfants, la caroube est une belle alternative. Il y a sûrement d’autres ingrédients de votre garde-manger et de votre réfrigérateur qui vont plaire autant aux enfants qu’aux parents. Par exemple, un reste de compote ou ce qu’ils mangent habituellement peuvent devenir des peintures comestibles.

Photo de pinceaux à maquillage et peintures comestibles (sirops dilués de bouleau et de baies de sureau) sur papier peint et aquarelle: Nancy Demers.

On peut utiliser avec les enfants des feuilles ordinaire ou pour l’aquarelle, du papier peint, ou tout autre papier, mais également des assiettes comme support artistique. Si vous avez d’autres idées de supports à essayer, faites-le. En premier lieu, restez ouvert aux propositions des enfants. Ils vont sûrement avoir une multitude d’idées auxquelles nous n’avons pas pensé. Si les enfants préfèrent les pinceaux, vous pouvez leur offrir ceux que vous avez dans votre cuisine pour badigeonner qui sont souvent en silicone ou bien leur donner la possibilité de se servir des ustensiles pour peindre, comme par exemple faire des lignes à l’aide d’une fourchette, d’un cure dents. Il y a également les pinceaux à maquillage et ceux d’artistes, neufs et et désinfectés (si vous pensez que vos plus jeunes vont les mettre dans leur bouche) qui sont amusants pour expérimenter.

Photo d’assiettes peintes avec de la peinture comestible (smoothie de camerises et cristaux de sucre doré, pépites de chocolat au lait fondu, pastilles de chocolat blanc fondu, cristaux de sucre doré dilué et poudre de betterave diluée): Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Tarte forestière d’hiver

Photo et associations d’idées: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice

Voici une belle façon de récupérer une soupe à l’oignon et de créer quelque chose de nouveau et de différent. Il y a mille et une manière d’utiliser nos recettes et de les transformer en quelque chose d’unique.

L’an passé, le 24-01-20, j’ai inventé cette nouvelle recette. Lorsque nous utilisons la créativité, cela signifie que l’on s’inspire de tout ce qui nous entoure. J’avais de la soupe aux poireaux et vin blanc en remplacement d’une soupe à l’oignon traditionnelle, que je voulais passer autrement car je n’avais pas tant apprécié le goût trop doux, je préfères le goût umami de la soupe à l’oignon. Comme j’avais beaucoup de champignons et une croûte à tarte à passer, je me suis dit que je pourrais faire une tarte aux champignons, un peu comme une quiche. Je me cherchais un bouillon pas trop liquide, donc la soupe aux poireaux était parfaite et pour l’épaissir, les oeufs feraient l’affaire. Je l’ai essayé par la suite avec de la soupe à l’oignon et c’est encore meilleur!

Photo: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice
Photo: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice

Ingrédients:

Pâte à tarte au choix

500 g. de champignons coupés en 6 environ

1/2 oignon rouge haché finement

1 gousse d’ail hachée

500 ml soupe à l’oignon ou soupe aux poireaux

2 oeufs ou ingrédients vegan de remplacement

Romarin au goût

Fleur de sel, et poivre

Parmesan au goût ou fauxmage au choix en finition

Huile de truffes à ajouter en finition dans chaque assiette

Préparation:

Préchauffer le four à 375 degré Fahreinhet.

Pendant ce temps, dans une poêle, faire dorer l’oignon et ajouter l’ail à feu moyen-fort. Par la suite, mettre les champignons et les faire rôtir. Donc, ne pas trop remuer afin de les laisser griller. Mettre dans l’assiette où il y a la pâte à tarte déjà étalée. Ajouter la fleur de sel et le poivre. Dans la même poêle, mettre la soupe à l’oignon et le romarin frais ou séché à feu moyen-fort et gratter le fond de la poêle pour aller chercher les sucs. Continuer la cuisson à feu doux quelques minutes en ajoutant un peu de fleur de sel et de poivre au goût. Enlever la poêle et ajouter les deux oeufs en brassant doucement jusqu’à ce que le tout soit homogène et qu’il n’y ait pas de grumeaux. Verser sur les champignons et mettre au four environ 30 minutes. Vérifier de temps à autres pour voir si la garniture est bien prise. Rectifier l’assaisonnement avant de servir. Vous pouvez ajouter un peu de parmesan et de l’huile de truffes dans chaque assiette. Les saveurs sont umami. Miam!

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Salade festive de Noël

J’ai inventé cette recette le 12-01-20.  Elle est très différente du style que je fais habituellement.  Il est vrai que les contraintes nous amènent souvent hors des sentiers battus et nous surprennent agréablement lorsque l’on se laisse guider par notre créativité.

J’avais une grande quantité d’épinards et de roquette, alors j’ai choisis ces deux ingrédients comme base de cette nouvelle salade.  J’ai ajouté un peu de jalapeno car il était déjà haché finement.  J’ai haché des oignons verts que j’ai ajouté.  Comme croquant, j’aurais aimé prendre des graines de citrouilles mais elles étaient dans le congélateur.  Parfois j’en ai déjà de prête, mais là comme je ne pouvais les faire griller, j’ai opté pour les pistaches que j’achète déjà préparées.  Cela fait un petit bout de temps que je me suis lassée de manger des chips de betteraves en collation, mais l’idée m’est venue de les inclure dans la salade pour plus de croustillant. Dernièrement, je voulais faire quelque chose de différent avec cet ingrédient.  De plus, j’aime ajouter des betteraves dans certaines recettes mais cela dépend de la manière qu’elles sont apprêtées.  Je trouve que pour ce type de salade, cela va avec les saveurs et les textures.

Il me restait un peu de pâtes cuites, je les ai mélangées avec le tout.  Les betteraves lui donne une belle couleur rosée.  Je trouvais qu’il manquait quelque chose d’autre pour harmoniser les saveurs.  Je voulais quelque chose qui s’harmonise avec les betteraves.  J’ai donc pris des coeurs d’artichauts en boîte, toujours en considérant le contexte que je ne pouvais rien faire cuire ni utiliser le robot culinaire ou autres petits appareils électriques.  Pour ce qui est de la vinaigrette, j’ai fait l’une de celle que je préfère et qui est rapide à faire.  Mais cette fois-ci, j’ai ajouté le jus contenu dans la conserve d’artichauts, le tout dans un pot Masson.

Photo et salade festive: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice

Ingrédients de la salade et préparation (3-4 personnes):

4 tasses d’épinards

2 tasses de roquette

3 oignons verts

Quelques morceaux de jalapeno haché finement

Pistaches ou graines de citrouilles grillés, au goût

Chips de betteraves au goût

1 boîte d’artichauts dans l’eau et son jus

1 tasse de pâtes cuites (torsades ou autres)

Marinade:

1 gousse d’ail haché finement

1/2 tasse d’huile d’olive environ

1 1/2 c. à soupe de vinaigre de xérès

1/3 citron pour son jus

Fleur de sel et poivre

Jus de la boîte d’artichauts au goût (pour ma part, j’ai tout ajouté)

Dans un grand bol, mettre les épinards, la roquette, les jalapenos, les oignons verts, les artichauts et les pâtes cuites.  Disperser les pistaches et à la toute fin les chips de betteraves.  S’assurer qu’elles soient au-dessus pour garder le croustillant.

Faire la marinade dans un pot masson et l’ajouter à la dernière minute sur le dessus de chaque bol de salade pour garder la fraîcheur de la salade.  Ainsi, s’il vous reste de la salade pour une autre journée, elle ne sera pas flasque.  La vinaigrette se conserve quelques jours au réfrigérateur.

Photo et salade festive: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2020

La lumière brille aussi la nuit

Voici une technique de créativité qui est à la source de mon inspiration pour ma seconde toile peinte avec de la peinture naturelle. C’est la technique des relations forcées, elle ressemble à celle de la bissociation mais contient plus de colonnes et donc plus d’éléments. Il s’agit de relier au hasard un mot de la première colonne à un mot de la deuxième colonne et un mot de la troisième colonne. Il peut y avoir autant de colonnes que vous désirez. Vous pouvez changer les couleurs des flèches pour chaque association que vous effectuez au hasard. Vous choisissez une première série de trois mots que vous reliez. Et vous procédez de la même manière pour une deuxième série et ainsi de suite. En ce qui a trait à ma toile, on peut voir que j’ai reproduit la lune en pleine mer et la couleur marine m’a donné l’idée de peindre ce paysage marin en pleine nuit. Cette technique pourrait me servir pour d’autres toiles que je veux peindre sur le thème de l’eau.

Voici donc ma deuxième toile de ma série de peinture naturelle au thème de l’eau, La lumière brille aussi la nuit:

Pour comprendre ma démarche au sujet de cette nouvelle série de peinture réalisée exclusivement avec de la peinture et des couches de protection naturelles, je vous invite à lire l’article concernant ma première toile en lien avec ce projet intitulé Vers une vie paisible (c’est aussi le titre de cette toile). Je l’ai publié le 30-09-2020.

Concernant ma deuxième toile peinte avec la peinture naturelle, je peux mentionner que c’est encore une fois sur le thème de l’eau. Ce thème est récurrent dans mes projets de création. Je m’en sers aussi pour mes peintures à effet 3-D, techniques que j’ai développées au cours des six dernières années. Cette fois-ci, j’ai changé d’angle en choisissant de peindre la mer la nuit avec la lune. J’aime l’atmosphère qui règne autour de cette infinité de la mer lorsqu’on l’observe la nuit. Il s’y dégage un silence, une paix, un calme, une sérénité. On dirait que le temps s’arrête ou du moins ralentit.

J’aime la lune et ses différentes couleurs que l’on peut percevoir comme une lumière intense. J’aime également la peindre sous divers angles et c’est ce que j’ai fait également par le passé en peignant deux toiles avant les années 2000. Les voici:

Le titre de ma nouvelle toile peinte avec de la peinture naturelle, tout comme la plupart des titres de mes toiles proviennent d’un flash, d’une intuition en cours de réalisation ou parfois vers la fin. La lumière brille aussi la nuit (titre de cette deuxième toile) peut avoir plusieurs interprétations. Cela va être différent selon votre situation actuelle, votre réalité, votre perception, vos valeurs, vos croyances, etc.

En ce qui me concerne, je perçois cette brillance dans la nuit, entre autres, comme une analogie à la psyché interne, au fait que parfois on peut briller de l’intérieur même si de l’extérieur cela ne paraît pas. Ce sont des individus qui conjuguent peut-être plus le verbe être que le verbe avoir ou faire. Dans notre société, l’avoir et le faire semble plus important. Il y a des gens qui posent des gestes qui ont un tel impact positif sur les autres mais sans que cela soit nécessairement apparent. On peut dire d’eux qu’ils brillent ou travaillent dans l’ombre. Et pourtant, ces personnes font briller les autres et peuvent être tellement lumineuses de l’intérieur. D’un autre côté, il y a des gens qui se définissent par les soit disant succès reluisants mais qui sont extérieurs, des réussites d’apparence comme l’argent, le nombre de ventes, les heures travaillées, seulement celles qui sont rémunérées, la quantité de temps que tu prends pour peindre quand tu es un artiste par exemple, etc.

Pour moi,  »la lumière brille aussi la nuit », signifie aussi que l’on peut trouver de la lumière même dans les moments les plus sombres de notre vie, dans ce qui est plus difficile à vivre pour nous. Il est possible de trouver un sens lumineux lorsque l’on vit une période sombre. Bien sûr, avant de percevoir cette lueur d’espoir, il est important de vivre l’émotion difficile, de la ressentir, de l’accueillir, d’accepter que ça soit ainsi, de la nommer, de l’exprimer d’une façon ou d’une autre. De se donner le temps de vivre ce moment, peu importe la durée. Cela est différent d’une situation à l’autre, d’une personne à une autre. Plus on se permet de vivre les émotions qui nous paraissent négatives plus nous sommes en mesure de les libérer et de voir à nouveau la brillance qui estompe, au fur et à mesure, la période sombre qui l’a précédée.

Cela peut aussi vouloir dire de s’entourer de personnes lumineuses pour nous aider et d’être à notre tour une artisane ou un artisan de lumière pour des gens que l’on choisit d’aider au besoin. Plus nous choisissons d’être en compagnie de personnes aux vibrations positives plus cela nous influence positivement dans notre vie. L’impact va être positif dans une ou plusieurs sphères de notre vie. Ça nous permet d’élever nous-même nos vibrations positives.

Cela nous arrive tous de se sentir à certains moments avec une énergie qui nous apparaît plus négative. Cela dit, il y a des personnes qui en général semble vibrer à une fréquence négative, tandis que d’autres nous apparaissent vibrer la plupart du temps à une fréquence plus positive. Il y aussi des gens avec qui nous avons une relation qui est plutôt toxique. Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont négatifs ou toxiques. Nous pouvons seulement mentionner que cette relation avec ces individus est toxiques pour nous. L’inverse peut s’appliquer aussi. C’est-à-dire qu’il est possible que nous soyons perçus dans une relation toxique par une personne en particulier ou plus. Certaines relations peuvent s’améliorer, pour d’autres elles se détériorent et pour d’autres encore, il y a peu d’issue sauf de se côtoyer le moins possible, voire même pas du tout.

Certains auteurs mentionnent que la joie serait la plus haute vibration positive, Il est vrai que lorsque l’on observe des personnes qui resplendissent de joie, souvent nous allons percevoir leur rayonnement. Nous pouvons les comparer au soleil et ses rayons lumineux mais je crois que nous pouvons également les associer à la lune qui possède, elle aussi son halo positif, tout comme les gens qui vibrent positivement malgré toutes les tempêtes qu’ils ont traversé. Ceci dit, on pourrait croire que c’est plus facile pour les personnes qui choisissent de voir le positif la majeure partie du temps. On serait tenter de penser qu’elles attirent tout le monde et qu’elle sont plus faciles à aimer. Mais ce n’est pas toujours le cas car la lumière peut être perçue à notre insu comme trop lumineuse, trop brûlante pour des individus qui ont une attitude plus négative dans leur quotidien. Cela peut les déranger inconsciemment et les amener à s’éloigner de ce rayonnement tant qu’il n’y a pas de prise de conscience par exemple. Cela peut faire naître chez eux de l’envie, de la jalousie, de la colère, etc. De là peut s’expliquer parfois la situation qui nous met devant un inconfort vis-à-vis une nouvelle personne. On dirait que les aimants repoussent les deux personnes ou les attirent fortement sans aucune raison apparente.

Malgré toutes ces situations qui peuvent nous rapprocher ou nous éloigner de certains individus, il est possible de faire changer la vapeur en portant un autre regard sur ce qui nous semble difficile, négatif, voire même insurmontable. Plus on avance dans une démarche pour trouver ou retrouver notre rayonnement intérieur, il devient de plus en plus possible, de voir un peu plus facilement, de percevoir la lumière qui brille en chacun. C’est une belle lueur d’espoir! Avoir un regard doux pour chacun est toujours important mais encore plus en ces temps plus sombres pour certains! Et vous comment donnez-vous de la lumière aux autres?

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Sous-verres d’Halloween 2020

 Le fait d’avoir un intérêt pour le bois, les rondins, etc. , pour la peinture à effet 3-D et pour les objets décoratifs, en plus du fait que c’était bientôt le temps de l’Halloween, tout cela a contribué à créer des sous-verres d’Halloween.

Comme j’ai déjà publié l’article au sujet des sous-verres de Pâques, je le transpose dans cette nouvelle publication en changeant quelques détails pour que ce soit en lien avec le thème de l’Halloween.  Pour le reste, il s’agit du même texte que vous allez retrouver dans le précédent article de mon blogue, datant du 10-04-20.

Pour s’inspirer, il y a plusieurs voies qui nous aident à trouver des idées, qui sont des sources de créativité. Il y a quelques années lorsque j’ai créé ces sous-verres (ceux de Pâques), je cherchais quelque chose de simple, aux lignes épurées, qui s’intègre bien aux rondins. C’était alors la période de Pâques, et j’imagine que les traditions de l’époque où j’étais enfant ont eues une influence sur moi. Il est vrai qu’enfant j’aimais beaucoup dessiner tout ce qui faisait penser à Pâques lorsque cette fête approchait. Même chose pour toutes les autres fêtes d’ailleurs!  Ce qui explique que j’ai peint par la suite des sous-verres au thème d’halloween.

J’avais du bois dans ma cour que je voulais récupérer pour en faire diverses créations et j’ai décidé entre autres de les utiliser pour en faire des sous-verres. L’idée vient en partie du fait que j’avais besoin de sous-verres mais aussi parce que j’aime les rondins de bois. J’aime les objets faits à partir de la nature. En plus, c’est gratuit et cela me permet de transformer les éléments de la nature pour en faire des objets utiles et artistiques. Bien sûr, je prends seulement ce qui n’est plus vivant. Je ne désire pas couper une branche pour faire de l’art. Je vais prendre celles qui sont par terre.

L’inspiration et la créativité sont souvent en lien avec tout ce qui nous entoure, ce que nous aimons, ce qui est important comme par exemple nos valeurs, ce qui est passionnant pour nous, ce que nous trouvons esthétique, ce que la vie nous envoie comme messages, etc.  Il y a aussi les techniques de créativité qui sont utiles pour trouver de nouvelles avenues. Souvent, cela s’effectue sans que l’on s’en aperçoive, surtout lorsque nous nous amusons souvent à trouver de nouvelles idées, que l’on invite la créativité au quotidien dans notre vie.

C’est ce qui est arrivé en ce qui a trait aux motifs de mes sous-verres et du type de texture de la peinture utilisée. J’ai pris la même peinture que je choisis habituellement depuis plusieurs années et qui est à l’origine de mes nouvelles techniques de peinture que j’ai inventées et développées que je nomme à effet 3-D. J’ai choisi de peindre des chats noirs, ce qui est courant lors de cette occasion, mais le fait d’utiliser un autre type de peinture avec une texture différente, donne un tout nouvel aspect. Ce sont des sous-verres faits à partir d’éléments de la nature que je récupère et qui sont donc écologiques, une valeur importante à mes yeux. De plus, j’ai pris le matériel d’art que j’avais à la maison pour être en accord avec mes valeurs de récupération et de moins consommer. Pour le reste, je peux dire que cela prend du temps à peindre car je mets quelques couches de vernis, mais cela est nécessaire afin que les sous-verres soient faciles à nettoyer. 

La créativité auprès des enfants:

Comme je suis plus favorable aux activités spontanées initiées par les enfants plutôt qu’aux activités animées par un adulte, pour avoir expérimenté les deux tout au cours de ma carrière et d’avoir fait une revue de littérature en ce sens, je vous présente ici un parcours d’inspiration qui peut nous mener à des projets créatifs personnalisés. Ici, il ne s’agit pas d’encourager à reproduire ces sous-verres mais à mettre en place un environnement favorisant les inspirations qui stimulent à créer selon ses passions et sa personnalité.

Par ailleurs, si vous décidez de faire des sous-verres, ils peuvent être créés par vous, les enfants ou en collaboration. Il se vend des rondins de bois ou de faux bois dans diverses boutiques, dont certains magasins de matériel d’art. Mais si vous avez des bûches à la maison, des bouts de bois ou des retailles, cela est d’autant mieux, qu’ils peuvent servir en récupération pour les transformer en une multitude de projets créatifs. Les sous-verres auront ainsi des formes originales et uniques. Ça pourrait être aussi de petites planches que vous avez à la maison ou autres. Les enfants ont beaucoup d’imagination et se servent sans limite de leur créativité. Il va sûrement y avoir plusieurs idées auxquelles nous les adultes n’avons pas pensé. Le plus important pour stimuler la créativité des enfants est de mettre à leur disposition différents matériels qui permettent aux enfants de les transformer à leur guise. C’est plus intéressant pour eux de trouver dans la cour des bouts de bois que d’acheter les rondins parfaits qui ne sont pas toujours faits de bois, de toute façon. Chez l’enfant, avant que certains freins ne soient venus interrompre cet élan créatif, l’inspiration est instantanée et semble à l’infini. Avec le même matériel que j’ai utilisé ou autres, ils vont créer toutes sortes d’oeuvres. Ils vont avoir plusieurs idées qui partent dans tous les sens. C’est pour cette raison, entre autres, qu’il est préférable de ne pas montrer de modèles à reproduire.

Les photos, images, oeuvres sont là pour inspirer autres choses, qui correspond à l’inconscient de l’enfant plutôt que de tenter de faire pareil comme l’adulte, ce qui peut porter plus à la comparaison, à la compétition, et à jouer négativement sur l’estime de soi et qui peut décourager à créer. J’ai déjà été témoin de situations où des adultes avaient des attentes à l’égard des enfants, en ce sens qu’ils devaient reproduire le modèle de l’adulte, exactement pareil et que dans l’éventualité où ce n’était pas pareil, on disait aux enfants qu’ils n’étaient pas créatifs, qu’ils étaient paresseux, qu’ils ne s’appliquaient pas, qu’ils manquaient de concentration, qu’ils n’étaient pas habiles, etc. Il est possible que ces adultes se soient fait dire les mêmes choses lorsqu’ils étaient enfants. Cela peut avoir un impact sur la créativité, soit de faire en sorte de ne plus avoir le goût de réaliser ses idées. Donc, en vue de laisser place à la créativité des enfants, nous les adultes, avons le rôle de les observer et de les encourager dans leurs élans créatifs en favorisant un environnement stimulant, plutôt que celui de les animer de A à Z. 🙂

Je vous souhaite Joyeuse Halloween!

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Vers une vie paisible

Photo et quelques mots clés illustrant une démarche créative vers un changement (Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice). Ces mots clés présentent en partie le déroulement d’une recherche de solutions créatives et la présentation des défis à relever, soit d’offrir des toiles avec seulement des matériaux écologiques, naturels, peindre plus régulièrement des toiles qui se terminent plus facilement, entre autres. C’est une démarche créative pour trouver de nouvelles avenues en peinture.

Parfois la démarche créative débute avec une situation que l’on souhaite améliorer, modifier, etc. Depuis quelques années, je fais plus de la recherche et développement car je peins grâce aux techniques mixtes et j’expérimente de nouvelles peinture sans connaître nécessairement chaque fois, la réaction entre chacune d’elles. Ce qui demande beaucoup de lâcher prise, ce qui est plutôt facile pour moi dans ce contexte parce que j’aime l’effet 3-D que j’ai développé et j’aime vraiment peindre avec tout ce type de matériel. Toutefois, je me sens parfois partagée entre ce plaisir et la conscience environnementale du fait que ce ne sont pas toutes les peinture que j’utilise qui sont bonnes pour l’environnement à 100%.

De plus, il y a toutes sortes de surprises qui arrivent, des bonnes comme des moins bonnes. Par exemple, lorsque j’applique des couches de finition, tout semble beau au moment où j’étends le vernis de protection mais le lendemain ou plus tard, je me rends compte qu’il y a une partie de la toile qui n’arrive jamais à sécher et que même, il y a des endroits où le produit a coulé sur la toile. Ce qui explique tout ceci, c’est que certaines peintures ne font pas nécessairement bon ménage entre elles. C’est ce que j’apprends tout au cours de ma belle aventure à développer mes propres techniques qui sont parfois intentionnelles et à d’autres moments, sont le résultat du hasard. Ce qui fait que j’ai plusieurs toiles dans mon ateliers qui sont presque terminées et qui attendent que je trouve des solutions pour effectuer les corrections afin qu’il n’y ait plus de sections qui coulent et que les petites bulles disparaissent lors de l’application des couches de protection.

Cela dit, je me pose des questions afin de trouver des solutions qui vont me permettre de terminer mes toiles dans un délais plus rapproché que ce qui se passe actuellement, soit au bout de quelques mois, voir même au bout d’une année ou plus parfois et d’utiliser des matériaux plus sains pour la planète. Si vous saviez le nombre de fois que je peux ajouter une couche de protection pour réparer la précédente ou pour couvrir les bulles qui se forment à la suite de cette étape. C’est passionnant mais cela demande beaucoup de temps!

Comme j’aime encore développer ce que j’ai entrepris depuis environ cinq ans, je vais poursuivre mes expérimentations mais je désirais ajouter aussi de nouvelles façons de faire. Je cherchais quel type de peinture naturelle je pourrais utiliser pour d’autres projets artistiques. Et c’est là que j’ai eu l’idée d’utiliser une peinture naturelle que j’ai déjà dans mon atelier mais qui a une autre fonction. Elle n’est pas destinée aux arts visuels. D’ailleurs, je n’ai vu aucun autre artiste créer des toiles avec cette peinture naturelle. J’ai décidé de tenter l’expérience pour voir le potentiel de ce type de peinture 100% naturelle. De plus, comme elle sèche très rapidement, je me suis dit que cela serait plus facile de terminer des toiles dans un délais plus court qu’avec mes autres sortes de peinture. Et surtout la protection naturelle conçue pour ce style de peinture s’étend plus facilement que les autres et ne présente pas de mauvaises surprises. J’ai donc commencé à peindre et j’ai vu que je peux finir une toile dans un délai beaucoup plus court sans grand pépin comparativement à mes techniques à effet 3-D.

Photo et toile Vers une vie paisible (peinture naturelle, 40 » po. X 30 » po.): Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice. En vente actuellement à ma boutique Etsy: Energiecreatrice.

Photo et toile Vers une vie paisible (peinture naturelle, 40 » po. X 30 » po.): Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice. En vente actuellement à ma boutique Etsy: Energiecreatrice.

Photo et toile Vers une vie paisible (peinture naturelle, 40 » po. X 30 » po.): Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice. En vente actuellement à ma boutique Etsy: Energiecreatrice.

Voici donc la première d’une série peinte avec de la peinture naturelle seulement, sur le thème de l’eau qui est récurrent dans ma pratique. Ce sont les couleurs, la thématique, les textures, etc. qui m’indique le titre à choisir. Elle s’intitule Vers une vie paisible. Le titre que j’ai choisi est en fonction des vagues plus prononcées et des couleurs plus foncées à gauche qui font penser à la profondeur de l’eau et des vagues plus douces et les couleurs plus pâles à droite qui me font voir le rivage qui me semble tout près. D’un point de vue symbolique, je peux dire qu’après une introspection significative, soit une plongée en eau profonde à l’intérieur de soi, cela peut faire apparaître, par la suite, une sérénité et une paix intérieure qui s’installent de façon plus stable et plus importante par la suite.

Photo de ma peinture sur bois peinte avec seulement de la peinture recyclée. Voici une peinture effectuée uniquement avec le surplus de peinture que j’avais lors d’une journée de peinture de cette première toile. Photo et peinture: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Smoothie et jus au pourpier

En créativité, il y a souvent des flashs, ce sont des idées qui arrivent à notre conscience au moment où on ne s’en attend pas nécessairement et qui n’ont pas toujours l’apparence d’avoir un lien entre eux. Parfois, ils se présentent à la conscience quand on cherche des associations d’idées. C’est possible que cela se produise dans d’autres contextes aussi. C’est souvent suite à une ou plusieurs questions que l’on se pose. Pour ma part, je suis souvent en mode recherche de nouvelles recettes, de nouvelles idées à faire avec les plantes de mon jardin. Il y a quelques années, j’ai semé du pourpier et depuis, ce végétal pousse un peu partout dans mes jardins mais aussi sur mon patio dans des pots avec les autres plants. C’est très envahissant. Bien sûr, j’en fais des salades mais comme j’aime varier, j’expérimente avec autres choses et comme j’aime beaucoup prendre des smoothies pour déjeuner, il allait de soit que j’explore les saveurs avec d’autres ingrédients.

Ainsi, j’ai pris en note les flashs qui arrivent à mon esprit, au niveau harmonie des saveurs, quand je goûte au pourpier. C’est à dire que je me suis posé la question suivante: à quel ingrédient cela me fait penser quand je goûte au pourpier. Déjà, je trouve que le pourpier a une touche d’acidité qui me fait penser au citron. Cela m’aide à trouver des aliments en lien avec ce fruit et d’autres idées apparaissent qui sont en lien avec des repas contenant du citron et ainsi de suite. Les flashs qui sont des inspirations en lien avec notre environnement, nos sens, nos expériences et autres, qui ont une importance, et c’est pourquoi je les notes au fur et à mesure qu’ils se présentent. Ainsi, j’obtiens une multitude d’idées créatives qui, je sais, vont me servir à un moment où à un autre, pour un ou plusieurs projets créatifs. Voici donc un bref exemple, ci-haut, soit ce tableau d’inspiration pour créer des recettes avec le pourpier, qui se propagent partout dans mon jardin.

Smoothie au pourpier:

2 tasses de pourpier (je garde toutes les tiges)

4 tasses de mangues

2 tasses d’eau

Sirop d’érable au goùt

J’utilise un vitamix. Comme il est très puissant, je peux garder les tiges de pourpier, même les plus grosses. Je mets les tiges de pourpier en entier (en lisant sur des sites, apparemment il importe de ne pas trop en manger car cela peut faire coaguler le sang!?). C’est facile avec ce type de mélangeur d’obtenir une consistance crémeuse. Sinon, vous pouvez peut-être les couper en plus petit morceaux. Si vous ne voulez pas mettre du sucre, vous pouvez ajouter plus de mangues pour obtenir tout de même un goût plus sucré en ajustant la quantité d’eau selon la consistance désirée.

Jus au pourpier:

3 tasses de pourpier (je garde toutes les tiges)

4 tasses d’ananas

4 tasses d’eau

Sirop d’érable au goût

Au lieu d’utiliser un extracteur à jus, j’utilise aussi le vitamix pour faire mes jus. Ainsi, je garde la pulpe des fruits et légumes et tous les vitamines et minéraux. En plus, cela évite le gaspillage alimentaire. Il suffit d’ajouter plus d’eau pour avoir la consistance d’un jus. Comme pour le smoothie, je mets les tiges entières de pourpier dans le vitamix. Si vous ne voulez pas ajouter de sucre, vous pouvez mettre plus de fruits et ajuster l’eau au besoin. Faites des tests afin de trouver la texture et l’équilibre des saveurs qui vous conviennent.

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Vinaigre d’aquarelle aux couleurs d’arc-en-ciel

Se laisser agréablement surprendre par la vie, pour voir naître de nouvelles avenues, comme une promesse du printemps! C’est ce qui m’arrive dans le quotidien lorsque je suis dans le présent et que j’observe les touts petits cadeaux que la vie m’offre dans la simplicité! Ça n’arrive pas tout le temps, mais lorsque je suis dans la pleine conscience, je perçois la vie de manière plus positive même lorsqu’elle m’apporte des cadeaux mal emballés, pour reprendre l’expression de certains auteurs. J’aimerais que cela soit à chaque instant, mais quand ça arrive, je suis dans la gratitude. Ce qui importe, c’est de s’enthousiasmer pour de toutes petites choses comme nous l’apprennent les enfants, qui sont nos sages enseignants.

Au début du mois de février cette année, lorsque j’ai préparé le visuel à l’aide de miroirs, de mon brainstorming créé auparavant, pour mon article de blogue Exercices d’autoportraits pour une vision intérieure (publié le 02-02-2020), j’ai fait une découverte très intéressante pour une activité d’art que les enfants peuvent faire tout autant que les adultes.

J’ai écrit sur les petits miroirs avec des crayons feutres parfumés car je n’avais plus de crayons pour les vitres. Comme je voulais pouvoir effacer le tout par la suite, j’ai évidemment voulu utiliser autres choses que des feutres permanents. Lorsque j’ai dû effacer quelques fois certains mots, j’ai utilisé mon produit nettoyant fait maison avec de l’eau, du vinaigre et des huiles essentielles de citron et thym. Et c’est là que j’ai fait une belle découverte. Ça faisait des taches translucides comme avec l’aquarelle et les couleurs fusionnaient et cela donnait un très bel effet abstrait. J’ai eu envie de faire des expériences de dessins avec ce nouveau mélange de médiums pour créer de l’art différent. À ce moment, je me suis dit que je voulais développer des techniques à partir de cette nouveauté et de vous partager mes expériences par la suite. Les découvertes en art, en créativité ou dans d’autres domaines sont parfois ou même souvent faites sans que nous le cherchions réellement.

Quand je fais des découvertes, cela ne fait aucune différence de voir que la ou les nouvelles techniques de peinture puissent développer sur une oeuvre ou soient plutôt un prétexte pour s’amuser, pour jouer avec les couleurs, les textures, les formes, la lumière ou autres. C’est ainsi aussi que les enfants abordent l’art en général. Ils sont tellement ouvert à ce qui est, à ce que la vie leur propose et c’est ce qui fait que l’on peut voir tant d’étoiles dans leurs yeux, de sourires spontanés, d’ouverture, de liberté et de créativité. C’est un des secrets pour ressentir de la joie! Quand j’enseignais à la technique d’éducation à l’enfance, une intervention positive que je trouvais importante de transmettre était d’encourager le rayonnement de l’enfant plutôt que d’adopter une attitude ou un comportement qui soit comme un éteignoir. Pour ce faire, il importe d’être conscient des phrases que l’on dit aux enfants qui peuvent avoir un impact positif ou négatif sur leur art et leur créativité globalement. J’en reparlerai plus en détails dans un article ultérieurement.

Comme c’est le printemps, d’emblée j’ai eu le goût de dessiner des fleurs, car c’est quelque chose que j’aime vraiment faire. J’aime que ce soit simple et épuré en ce qui a trait à certaines de mes esquisses. Mais vous pouvez créer tout ce que vous voulez et sur diverses surfaces réfléchissantes comme les fenêtres et les miroirs de votre maison, mais aussi sur des couvercles transparents, des feuilles transparentes protectrices, etc. De plus, vous pouvez utiliser de vieilles fenêtres récupérées et les transformer pour en faire des tables, des plateaux, du faux-vitrail, etc. Cela amusera sûrement les grands autant que les enfants! 🙂

Je vais faire des tests avec divers types de surfaces transparentes comme mentionné ci-haut mais aussi des transparents que l’on se sert pour protéger des feuilles et aussi des emballages de fleurs transparents, etc. Je veux également tester des vernis pour voir si cela peut protéger mes oeuvres. J’ai testé la technique en faisant au préalable des dessins et en aspergeant le vinaigre par la suite et j’ai aussi testé l’inverse en mettant en premier lieu du vinaigre sur la surface et en dessinant avec les feutres ensuite et je n’ai pas remarqué de différences entre les deux méthodes.

Je trouve qu’il y a des ressemblances entre cette nouvelle découverte et la technique du pourring, et ce, même si je n’ai jamais essayé cette dernière. Je vous invite à visualiser des vidéos sur youtube qui présente des idées pour utiliser la technique du pourring. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé en apprendre plus en regardant plusieurs vidéos sur le sujet. Je trouve que cela peut vous inspirer pour tenter l’expérience avec les crayons de feutre et le vinaigre. Il est préférable toutefois d’omettre les huiles essentielles quand de jeunes enfants utilisent ce produit nettoyant naturel. Je vous encourage à lire davantage sur le sujet car il y a des restrictions concernant les femmes enceintes et les enfants en bas de six ans, concernant les huiles essentielles. Il faut savoir quelles sont les huiles essentielles éviter alors. Il existe des livres et des sites écrits par des professionnels compétents concernant les huiles essentielles. Prenez le temps de vous renseigner à ce sujet. Éventuellement, je pense vous préparer une liste d’ouvrages de références. Mais en attendant, je peux déjà vous référer les livres de Jacynthe René et de Kristine St-Laurent.

Par ailleurs, quand je fais un parallèle avec cette belle surprise de la vie et ce qui peut nous arriver dans le quotidien et dans les différentes sphères de notre vie, je peux dire que lorsque nous sommes présent à ce qui est, que ce soit même justement une petite chose de la vie, cela nous procure de la joie, du plaisir, un sourire. C’est la vie qui nous tend la main et le fait d’être ouvert nous permet de voir les cadeaux, peu importe leur forme, grandeur et autres caractéristiques et de les recevoir avec bonheur et de s’en émerveiller. L’émerveillement fait d’ailleurs partie de l’expérience de créativité. Soyons comme les enfants, gardons nos sens en éveil afin de sourire à la vie plus souvent, être plus spontané, avoir le goût d’explorer tout ce que la vie nous offre, d’accepter ce qui est, etc. Il est à noter que ce texte a été écrit avant la situation de la Covid-19. Ce que je peux dire actuellement, c’est qu’il importe encore plus de se concentrer sur le positif, sans pour autant nier les aspects négatifs ressentis par tout ce qu’implique cette situation. Je pense que plus on se permet de vivre les émotions de tristesse, de colère, etc. plus nous pouvons être en mesure de ressentir à nouveau la joie, le bien-être, la paix, etc.

Le printemps est justement une saison propice à s’émerveiller au renouveau. C’est la nature qui renaît. Cela nous enthousiasme de voir le réveil de tout ce qui fourmille dans cette belle nature. Aujourd’hui, célébrons l’arrivée des fleurs printanières!

Comme j’ai écrit ce texte avant le confinement dû à la Covid-19. J’avais l’intention de le publier au premier jour du printemps! Finalement, l’article n’était pas tout à fait prêt mais en le relisant en ce mois de mai, je me dis que cela s’applique tout autant à la situation que nous vivons actuellement. Accepter ce qui est, comme en parle Eckhart Tolle, voir les cadeaux de la vie, être dans la gratitude, savourer le moment présent, etc. Il est vrai que cela semble plus simple à dire qu’à faire, mais lorsque nous avons l’intention de faire ces changements positifs et que nous orientons nos actions en ce sens, on dirait que la vie met tout en place pour nous accompagner, nous aider à ressentir ceci un peu plus chaque jour. Essayez, c’est gratuit! 🙂

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021