Exercices d’autoportraits pour une vision intérieure

Photo et mini brainstorming associés aux exercices d’autoportraits: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Avez-vous déjà pensé ou expérimenté de faire votre autoportrait, que ce soit en vous dessinant, en vous peignant à l’huile, à l’acrylique, à l’aquarelle, etc.?  Est-ce que c’est quelque chose que vous envisagez prochainement?  Plusieurs peintres connus ont fait leur autoportrait une fois ou même plusieurs fois au cours de leur vie professionnelle.  L’autoportrait peut être une expérience enrichissante d’un point de vue technique.  On peut y pratiquer le dessin et la peinture de façon précise ou pas.  Cela dépend si vous préférez le figuratif ou l’abstrait ou même la fusion des deux.  Vous pouvez suivre des cours ou vous inspirer de livres, de sites, de vidéo qui vous montrent des techniques pour faire des visages, des cheveux, le corps et ses mouvements, etc.

Comme on peut le voir, l’autoportrait peut être une manière d’acquérir de nouvelles techniques de dessin et de peinture.  Mais il peut être également une invitation à une nouvelle aventure, celle de dessiner et de peindre en étant à l’écoute de son intuition.  Cela peut être une façon d’aller chercher de l’information concernant notre inconscient et de l’amener à la conscience.   Ça peut être une méthode pour se voir autrement que sur photo ou dans un miroir.  On dirait que c’est l’autre côté du miroir.  C’est une belle manière de faire de l’introspection et de prendre conscience de notre perception de nous-même, intérieure et extérieure.  Il est certain qu’il importe de rester prudent en ce qui a trait à l’interprétation que l’on peut faire de soi-même en analysant l’oeuvre présentant notre reflet.  L’autoportrait est comme un instantané.  Il nous représente à une date précise avec ce que l’on vit à cette période de notre vie, notre état d’âme du moment mais cela n’englobe pas toute notre personnalité.  Cela peut refléter une ou plusieurs émotions associées à cette journée mais aussi à la période où l’on peint notre autoportrait.

Par ailleurs, je veux faire ici le parallèle avec des exercices d’autoportrait effectués par les enfants.  Lorsque l’enfant explique spontanément son dessin à l’adulte concernant l’image qu’il a représenté de lui-même, il importe là encore de laisser les jugements et les interprétations de côté parce qu’il y a toujours des biais à l’interprétation et le premier consiste à se projeter.  Donc, il est possible que ce que l’on voit dans l’analyse de l’autoportrait de l’enfant nous concerne davantage.  De plus, il est essentiel de laisser l’analyse aux psychologues, aux art-thérapeutes et autres professionnels attitrés.

Toutefois, quand les enfants ressentent le besoin de décrire leur dessin, leur oeuvre, nous pouvons les écouter sans pour autant les questionner dans un but analytique.  En les écoutant tout simplement, en accueillant leur histoire, on peut apprendre à mieux les connaître, à voir leurs besoins au travers de ce qu’ils nous racontent.  Il arrive parfois que les enfants parlent alors d’une émotion qu’ils vivent à cet instant comme par exemple, une colère, une peine, etc.  Notre écoute empathique peut alors apporter un réconfort à l’enfant qui se confie à nous.

Comme je l’ai mentionné ci-haut, je trouve important de se retenir d’interpréter leur oeuvre mais plutôt de les écouter raconter ce qu’ils perçoivent car cela peut les aider, il peut y avoir écho en s’entendant parler, tout comme cela se produit chez l’adulte.  On ne sait pas nécessairement ce que cela va avoir comme impact positif sur eux, mais le travail peut se faire en douce tout de même.  Observons les changements positifs chez eux et célébrons leur liberté, leur joie, leur spontanéité et leur créativité.  C’est ce qui leur permet d’ailleurs de trouver des solutions à leur difficultés vécues, aux défis que la vie leur apporte.

Revenons à l’autoportrait de l’adulte.  Il y a plusieurs types d’exercices d’autoportraits, soit à l’aide d’une photo ou en se dessinant en regardant dans le miroir, soit de manière abstraite, soit en illustrant une caractéristique spécifique vous concernant, soit de manière spontanée, soit en représentant ce que vous souhaitez devenir, en vous présentant de dos, de profil, ou encore en présentant qu’une partie de vous-même, etc.  Bien sûr, l’autoportrait peut aussi être réalisé seulement à titre artistique grâce au dessin, à la peinture, aux techniques mixtes ou autres médiums d’art.

Pour ma part, les exercices d’autoportrait que j’ai réalisés étaient toujours dans le cadre de cours d’art, soit de dessin et de peinture.  Je ne pense pas que j’aurais eu l’élan pour le faire spontanément.  Mais aujourd’hui, j’ai le goût de revivre l’expérience pour le plaisir d’explorer avec des médiums d’art différents de l’huile et de l’acrylique, soit avec les nouvelles techniques mixtes que j’ai inventées et développées au fil des cinq dernières années.

 

Photo et autoportrait, Huile sur toile, 1997: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.

Il y a un peu plus d’une vingtaine d’années, dans le cadre des cours de dessin et peinture que je suivais dans une école d’art, j’ai eu le beau défi de faire mon autoportrait.  À ce moment, j’ai choisis une photo de moi, qui était à l’origine en noir et blanc, pour réaliser ce dessin, que j’ai mis en couleur grâce à la peinture à l’huile.  Je peignais alors principalement à l’huile. 

Lorsque l’on analyse notre oeuvre, pendant et après la réalisation de la toile, à différentes périodes dans le temps, on peut en faire l’interprétation que l’on veut et cela peut changer dans le temps.  Autrement dit, la perception que j’avais de la signification de mon autoportrait à ce temps là peut être différente de celle d’aujourd’hui ou pas.  Et ce que les autres peuvent percevoir peut être qu’un reflet de leur propre intérieur.  En psychologie, on nomme cela la projection.  Il importe d’être prudent quand il s’agit d’interprétation.  Il y a plusieurs facteurs qui influencent nos choix de représentation de notre autoportrait.  Par exemple, les couleurs, les textures, les formes, le thème, nos émotions du moment, nos passions et intérêts, nos valeurs,  les tendances du moment, etc.

Par exemple, concernant cette toile appartenant au passé, on peut voir que l’orange et le marine sont un clin d’oeil à mes couleurs favorites de l’époque.  Aujourd’hui encore, ce sont des couleurs que j’affectionnes particulièrement.  J’aimais également les photos sépias, c’est pourquoi j’ai voulu représenter ce type d’atmosphère sur ma toile.  C’était plus à la mode à cette période, cela a probablement influencé mon choix.  La nature et principalement les arbres font partie de mes intérêts et passions depuis toujours, on peut le remarquer sur cet autoportrait.  La position choisie, étant moi assise près d’un arbre, évoque mon intérêt pour l’introspection.  

 

Toile Liberté d'être et signature

Photo et autoportrait, Acrylique sur toile, 20 po. x 24 po., 2009: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.  Je peux créer ou peindre pour vous votre logo d’entreprise.  Pour plus de détails, visitez ma boutique Etsy: Energie créatrice:  www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice

Il y a un peu plus de dix ans, j’ai suivi un cours de peinture acrylique à l’université, sur le thème des couleurs.  L’exercice d’autoportrait demandait que l’on fasse le premier avec une couleur vive et le second avec sa couleur complémentaire, couleur froide mais en reprenant le même autoportrait.  Il y a tout un effet de perception d’un même sujet abordé par différentes couleurs, en monochrome, et de l’impact sur nos émotions.   Le premier autoportrait était dans les dégradés d’orange, une de mes couleurs préférées.  Après avoir terminé cette toile, j’ai vu l’aspect dynamique perceptible grâce à ces couleurs chaudes, contrairement à la seconde toile peinte avec des teintes de divers bleus pour le ciel et blanc pour les cheveux.  Comme ce sont des couleurs froides, il s’en dégageait des émotions plus profondes peut-être un peu plus ombragées.  J’avais l’impression alors de plonger dans des états émotionnels plus difficiles.  C’est incroyable comment cela peut nous faire voir différentes facettes de nous-même à une même période de vie puisque les deux autoportraits ont été réalisés l’un à la suite de l’autre.  Cela fait penser aux deux facettes d’une médaille.  C’est comme si je peux voir les aspects qui étaient facile à vivre à cette période versus mon regard face aux situations difficiles et aux défis que la vie m’apportaient alors.  J’aurais aimé vous montrer cette toile mais je n’ai pas pris de photo à ce moment et par la suite, j’ai repeint par-dessus.

Si vous en avez envie, essayez cet exercice.  Vous pourrez mieux voir par vous-même ces différences de perception.  De plus, c’est un exercice qui peut vous révéler des informations sur vous-même qui ne demandent qu’à faire surface.  Parfois, nous pouvons y trouver des réponses riches pour nous aider à avancer par rapport à une sphère de notre vie, par rapport à un questionnement, etc.

Dans un article précédent, je vous ai déjà parlé de l’histoire de mon autoportrait réalisé en 2009 dans les teintes orangées, fait il y a plus de dix ans, qui m’a servi pour créer mon logo de mon entreprise Centre d’énergie créatrice en 2014.  Pour plus de détails, voir mon article sur ce blogue intitulé: Intuition et passions, mes guides créatifs (11-01-19).

Photo et logo, 2014: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.  Je peux créer ou peindre pour vous votre logo d’entreprise.  Pour plus de détails, visitez ma boutique Etsy: Energie créatrice: www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice

L’autoportrait peut nous être utile de bien des manières, entre autres, lorsque l’on désire faire le bilan d’une année, d’une décennie ou plus.  Et aussi, c’est un exercice que l’on peut se servir pour poser une intention pour l’année à venir ou on peut voir plus large en regardant pour deux ans, cinq ans, dix ans ou même plus.  Cela peut être des qualités à développer, des comportements à modifier, un concept à explorer, etc.  C’est ce que je veux expérimenter lors des prochains mois.  Je vais m’inspirer de différents exercices de bilans proposés, des exercices de tableaux de réalisations, de la psychologie, de l’art-thérapie, etc.  Pour l’année 2020, je veux faire mon autoportrait de nouvelles façons et dans de nouveaux décors, avec mes nouvelles techniques que j’ai inventées et développées.  Je vais faire plus d’exercices de dessin et peinture avec différents médiums d’art. Donc, concernant mon autoportrait, j’aimerais le faire chaque fois avec un médium différent:

  • aquarelle
  • fusain
  • encre de Chine
  • pastel sec
  • pastel gras
  • crayons de couleurs
  • sanguine
  • faux-vitrail
  • etc.

Je pourrai vous montrer des photos de mes premiers exercices de l’année 2020, peints avec ces divers médiums artistiques, au fur et à mesure de leur réalisation.  Je ne me donne pas de délais, ni de quantités, afin que cela demeure une belle exploration artistique empreinte de plaisir, de spontanéité, de liberté et de joie.

Si cela vous inspire, vous pouvez aussi expérimenter des exercices d’autoportraits comme ceux-ci et partager par la suite vos expériences et photos sur ce blogue.  Bon cheminement!

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Moment présent

Photo et illustration de pistes pour une démarche créative: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.  Parfois, se poser les questions suivantes: qui, où, quoi, quand, comment, pourquoi, nous aident à trouver de nouvelles pistes lors de nos recherches créatives.

Moment présent (peinture abstraite, techniques mixtes, 16 »X 20 »).  Cette toile peut être accrochée dans le sens que vous préférez.  Elle est en vente (la livraison est gratuite) à ma boutique Etsy: Energiecreatrice:  ww.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice.

J’ai fait cette toile après ma toile bannière et une toile sur commande dans les teintes de turquoises.  J’avais le goût de changer de couleurs et j’ai choisi les couleurs de mon atelier, soit rose et orange.  J’ai pris plusieurs couleurs et j’ai tout simplement étendu ces diverses peintures pour en faire une technique mixte.  J’étais dans le flow comme dirait Csikszentmihalyi (je vous invite à lire ces livres).  J’étais vraiment absorbée par le moment présent et j’avais du plaisir à mettre de la couleur sur ma toile et de me laisser porter par les divers effets qui apparaissaient au fur et à mesure que les différentes peintures réagissaient entre elles.  J’aime l’effet reluisant grâce à l’utilisation de la résine.

Un jour que je me promenais dans la nature de Baie St-Paul, il y a plusieurs années, j’ai croisé quelques artistes qui peignaient en plein air.  J’étais très contente de pouvoir échanger avec ces personnes.  L’un d’entre eux, m’a alors donné un truc pour peindre du figuratif ou de l’abstrait afin de sortir de l’impasse.  Il s’agit de tourner la toile d’un quart de tour chaque fois et de continuer de peindre.  Cela favorise la créativité puisque ça nous amène à voir différemment, à prendre du recul et à aller vers l’inconnu.  Effectivement, quand la toile est à l’envers et que tu es en train de peindre un paysage, ça peut être déconcertant les premières fois.  Mais c’est aussi très amusant et c’est un bon exercice pour le cerveau droit.  D’ailleurs, c’est une technique qu’on utilise en créativité et qui se transfert dans d’autres champs comme celui de l’art justement.  De plus, cet exercice permet de revenir dans le présent.

L’un des avantages de peindre de l’abstrait, pour certaines personnes, c’est d’être plus facilement dans le moment présent, je crois, car elles n’ont pas à se concentrer sur la manière de dessiner ou de peindre un portrait, un arbre ou autres. On peint jusqu’à ce que notre intuition nous suggère que le tout est terminé.  On voir alors l’harmonie des couleurs, des textures, de la lumière et autres qui est importante pour apprécier ce style de peinture.

Le moment présent est essentiel pour une vie plus riche, plus authentique, plus vibrante de l’intérieur.  Nous nous sentons alors plus connecté à notre essence.  Nous sommes plus à l’écoute de notre petite voix, de notre corps et de notre coeur.  Les loisirs, les passions et les activités créatives permettent de vivre le moment présent quand ils sont en harmonie avec l’âme.  Il n’y a donc pas d’anticipation ni d’inquiétude qui viennent interférer au point de vivre dans le futur ou le passé. C’est à ce moment que la concentration est à son meilleur.  Apparaît alors un sentiment de paix, de quiétude, de joie, de plaisir, de plénitude et de liberté.

C’est tout le contraire lorsque nous vivons de l’anxiété.  Nous vivons davantage  dans le futur.  Et comme le futur nous est inconnu, de s’y projeter et de créer des scénarios semblent accentuer les peurs.  On dirait un cercle vicieux.  Plus on vit dans le futur et plus on a peur de ce qui peut nous arriver et plus on se crée des histoires qui font augmenter l’anxiété.  Pour s’aider à se sortir de cette impasse, il importe de revenir au présent et de prendre de grandes respirations.  Ça semble bien beau mais encore une fois c’est plus facile à dire qu’à faire.

Alors comment être dans le moment présent?  C’est une pratique au quotidien tout comme l’activité physique.  Plus on l’expérimente et plus on atteint de la souplesse.  L’important c’est d’y accorder du temps.  Même si c’est simplement cinq minutes par jour au début.  Plus on se donne le temps et plus on ressent le besoin d’y consacrer davantage d’espace dans notre vie.  Et quand on ne le fait pas, on n’a pas besoin d’évaluer que c’est négatif, que ce n’est pas bien, etc.  On peut juste l’observer.  Tout comme l’explique Eckhart Tolle (vous pouvez retrouver ses livres et ses CD en librairie ou écouter ses vidéos sur internet).  C’est une belle façon de se connecter à soi-même.

Les arts en général, les loisirs, les passions sont d’excellents moyens pour entrer dans ce style de vie qui est de prendre le temps, d’être dans la gratitude, dans le moment présent.  Nous sommes alors en contact direct avec ce que notre petite voix intérieure nous invite à suivre, elle est notre guide.

Plus on pratique de vivre dans le moment présent et plus on devient l’observateur de sa vie et de son environnement.  Les émotions sont alors plus facile à gérer.  Cela devient apaisant.  On y retrouve la sérénité.  Les émotions difficiles sont permises et vécues.  Ainsi, au lieu de rester enracinées, elles s’effacent davantage.  Au contraire, si nous ne voulons pas vivre ces émotions ou que l’on tente de les faire disparaître rapidement, les émotions vives s’accrochent à nous intensément et longtemps.  Donc, pour en sortir, la respiration, l’observation, la méditation, la contemplation, la gratitude, etc. peuvent nous être utiles et surtout bénéfiques.

C’est souvent dans les moments de contemplation que les pistes de solutions, les réponses, les idées nouvelles apparaissent en plus du regard qui change d’horizon.  Ce sont des moments de grâce car ils procurent un tel bien-être, une joie profonde et de doux instants de bonheur. C’est aussi l’occasion de se connecter avec la nature, le calme, le silence, avec tout ce qui est essentiel à une vie riche à l’intérieur de soi.  La créativité se présente à nous parfois lorsque l’on s’y attend le moins parce que nous n’avons pas forcé les choses. Nous croyons qu’il faut faire un effort apparent pour obtenir des résultats, mais en réalité il s’agit plus de la présence, de l’écoute, de la pleine conscience.  L’action n’est pas juste dans le mouvement. Ce n’est peut-être pas visible à l’oeil nu mais il y a tout une vie qui se passe qui est visible à un autre niveau, celui du coeur et de l’âme.

Je souhaite à tous une magnifique journée remplie de moment présent!  Cartes de souhaits imprimées à partir d’une photo de ma toile Moment présent.  Pour vous les procurer, visitez ma boutique Etsy: Energiecreatrice, la livraison est gratuite: www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice.

Je souhaite à tous des journées de plaisir à jouer dehors, à des jeux de société, avec les enfants, en famille, ou autres.  En fait, prenez le temps de jouer avec les personnes significatives pour vous!   Jouer peut être une façon d’être davantage dans le moment présent, les enfants nous aident également à atteindre cet état de conscience.  Combinez les deux et vous aurez peut-être une manière qui vous convient pour pratiquer le moment présent.

Vous voulez acheter ce sac imprimé à partir de la photo de ma toile Moment présent?  Il est en vente à ma boutique Etsy: Energiecreatrice, la livraison est gratuite: www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice.

Vous pouvez retrouver mes articles imprimés à partir de mes photos de ma toile Moment présent, à ma boutique Etsy: Energiecreatrice.  La livraison est gratuite.  Je vous invite à la visiter: www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice

Quel est votre rapport au moment présent et quelle place lui réservez-vous au quotidien?  Quels sont les changements que vous souhaitez apporter pour être davantage dans la pleine conscience?

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure, en respectant vous aussi votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu de ce blogue.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice 2014-2021

Intervenir avec empathie et surtout avec compassion

Mini brainstorming sur le thème de l’empathie et de la compassion.  Pour commander cette carte de voeux ou pour d’autres modèles (je les fais imprimer à partir des photos de mes toiles), visitez ma boutique Etsy: Energiecreatrice: www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice . Vous pouvez encadrer vos cartes pour décorer de manière écologique.

Dans cet article, je veux vous parler de l’importance d’être empathique mais aussi et surtout d’avoir de la compassion lors d’interventions auprès des enfants.  Cela peut aussi s’appliquer à vous-même et auprès d’autres personnes.

Auparavant, je veux faire la différence entre les deux termes.  Concernant l’empathie, je dirais que notre compréhension par rapport à l’autre est peut-être plus au niveau cérébral.  Il existe la technique du reflet qui nous permet de nous aider à se mettre à la place de l’autre pour mieux le comprendre, d’être à son écoute.  À l’aide de cette technique, on reformule ce que l’enfant ou l’adulte vient de nous dire en ajoutant l’émotion ou le sentiment qu’il semble ressentir à ce moment.  On se pratique à reconnaître et à nommer l’émotion de l’enfant.

Par exemple,  »Si je comprends bien, tu te sens triste par rapport à cette situation… ».  En ajoutant  »Est-ce que je me trompe? », cela aide la personne à exprimer davantage ce qu’elle vit et de préciser.  De plus, cela nous permet de voir si nous nous sommes trompés ou pas dans la perception de l’émotion.  Cette étape est importante car il est essentiel de porter attention à l’interprétation suite à nos observations.  Le reflet aide l’enfant à reconnaître lui aussi ses sentiments et émotions et à les nommer, à les exprimer de plus en plus.  Par le fait même, les comportements dit plus négatifs s’estompent selon le rythme de l’enfant.  Plus on est empathique avec l’enfant et plus l’enfant développe cette compétence puisque les enfants apprennent en observant.  C’est aussi une belle façon pour eux de transformer leurs comportements teintés de colère en quelque chose de bien plus positif à l’égard d’eux-mêmes, des autres enfants et des adultes aussi.

Avec la compassion, notre compréhension par rapport à la souffrance de l’autre est plus au niveau du ressentis, du coeur.  Et c’est là que l’on peut vouloir aider l’autre à retrouver sa lumière avec bienveillance.  Je crois que l’étape première est d’être empathique et de passer à la phase de compassion, par la suite.  En visualisant des situations où l’on a vécu une souffrance quelconque, cela peut nous aider à mieux comprendre l’autre qui vit une épreuve qui est différente de la nôtre mais qui se rejoint au niveau de l’émotion ou du sentiment.  On peut se dire alors que si on était dans cette situation, on ressentirait probablement quelque chose de semblable et cela nous aide à avoir un doux regard par rapport à l’enfant ou l’adulte en question.

Amour-Passion (Toile et photo par Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice, 2016, techniques mixtes, 16X20).

Pour certaines personnes, cette approche peut sembler trop simple ou pas assez sérieuse, notamment dans le domaine de l’intervention auprès de l’enfant.  On croit parfois qu’il faut utiliser plusieurs interventions et spécifiquement celles qui proviennent de recherches, d’auteurs, de professionnels ou de spécialistes reconnus dans le domaine de l’enfance.  Il me semble avoir vu plus d’articles ou de livres traitant des interventions reliées au pouvoir et à son partage que de l’empathie et de la compassion dans le secteur de l’éducation à l’enfance.  Pourtant, on peut intervenir avec ces deux approches bienveillantes empreintes de douceur et de compréhension.  L’important est l’écoute, la bienveillance, la compréhension sans jugement, l’attitude positive, cibler les émotions et sentiments et répondre aux besoins de l’enfant.  Je crois que c’est une façon proactive en vue d’une amélioration profonde au niveau du changement de comportements qui va au-delà d’un résultat immédiat.  Cela peut paraître long avant de voir un changement mais qu’est-ce qui est le plus important pour l’enfant?  En se posant cette question, cela nous permet d’aller à l’essentiel plutôt qu’aux résultats rapides et qui peuvent être plus superficiels.

L’empathie et la compassion sont primordiales pour établir un lien de confiance avec l’enfant et avec toute autre personne d’ailleurs.  En pratiquant l’écoute active avec l’enfant, cela démontre au jeune en question qu’il vaut la peine qu’on prenne du temps avec lui.  C’est un message positif et significatif.  Cela permet d’être vraiment à l’écoute des besoins de ce dernier plutôt que de porter notre regard sur des évaluations extérieures, sur les apparences ou les attentes.  C’est la voie à suivre pour mieux comprendre les raisons sous-jacentes à ses comportements qui peuvent paraître ou être moins acceptables.

Prendre le temps de jouer avec l’enfant lorsqu’il le demande, d’être avec lui dans le moment présent, d’apprécier sa  présence, ce qu’il a à nous raconter, voir qui il est vraiment, voir le beau à l’intérieur de lui, c’est cela qui va nous aider à mieux observer, à être à l’écoute des indices qu’il nous donne pour ainsi mieux cibler les difficultés qu’il vit, les défis qu’il rencontre afin de mieux répondre à ses besoins dans les diverses sphères de sa vie.

Quand j’ai choisi d’étudier en psychologie, je n’ai pas été plus à l’écoute ou plus empathique parce que j’étais en psychologie.  C’est plutôt le fait que j’avais une personnalité comme telle qui a fait que j’ai été inspirée à poursuivre mes études dans ce domaine.  Toutefois, j’ai eu l’occasion alors et par la suite dans mes expériences de travail d’améliorer mon écoute empathique et mon attitude de compassion.  C’est quelque chose qui s’apprend, cela demande de l’entraînement et une ouverture à l’autre, à mon avis.

Lorsque j’ai travaillé auprès des gens qui vivent avec un handicap intellectuel, tout comme à la période où j’ai travaillé avec des enfants ou encore lors de supervisions de stages dans les milieux de garde, j’ai eu la chance d’observer l’effet bénéfique de ce type d’écoute empreint de bienveillance.  Cela fait toute la différence chez les individus qui se sentent ainsi importants.  Cela leur donne de la confiance en soi et de l’estime.  Ils ont le sentiment d’être compris et la compréhension aide à trouver des solutions car on peut enfin sortir l’émotion difficile.  L’enfant peut enfin s’exprimer avec authenticité car non contraint aux attentes de l’adulte et il peut également trouver ses propres solutions, seul ou avec l’aide de l’adulte.

Certaines étudiantes en stage me disaient qu’elles doutaient un peu des résultats de ce type d’approche.  C’était peut-être dû au fait que ce type d’intervention semble ne pas être très populaire ou valorisé.  Cela était vrai jusqu’à ce qu’elles en fassent l’expérience pour découvrir l’enfant sous un autre jour.  Elles voyaient alors un enfant qui semble plus ouvert et qui s’épanouit tout au long de la démarche d’empathie et de compassion.  Il sort de son état de comportements de protection pour se confier à l’adulte bienveillant et c’est là qu’elles remarquaient des changements significatifs dans l’attitude et les comportements de l’enfant.  Car derrière un comportement qui peut nous exaspérer parfois, peut se cacher un type de souffrance qui peut être le moteur d’un comportement dit négatif.  C’est à nous les adultes de tenter de découvrir de quoi il s’agit et notre première attitude à adopter, soit d’être empathique et empreint de compassion, va nous aider à enlever les voiles des jugements à l’égard du jeune.

Il est vrai que ce n’est pas toujours évident à faire, que c’est plus facile à dire et à écrire.  Alors, en tant qu’adulte soyons aussi empathique et rempli de compassion autant à notre égard qu’à celui des autres adultes.  La prise de conscience est une première étape pour voguer sur cette voie.

Parlant de prise de conscience ou de pleine conscience, je veux parler ici de l’effet pygmalion et des étiquettes versus l’empathie et la compassion.  Ce que l’on peut observer sur soi-même, ce sont les étiquettes que l’on peut apposer à un enfant.  Le tout se fait inconsciemment et c’est en s’auto-évaluant que l’on peut découvrir qu’elles sont nos perceptions par rapport à tel ou tel enfant.  Lorsque je faisais des supervisions de stages et dans d’autres contextes de travail, il m’est arrivé d’observer le phénomène de l’effet pygmalion.  Mais ça peut arriver dans d’autres disciplines ou mêmes dans certaines sphères de notre vie, soit à la maison, dans les sports, etc.  La perception positive ou négative que l’on a vis-à-vis de comportements d’un enfant, par exemple, va influencer notre attitude à son égard.

La même chose peut se produire lorsque l’on communique notre perception d’un enfant à d’autres adultes.  Il est possible qu’eux aussi soient influencés de manière positive ou négative sur la représentation de sa personnalité, par exemple.  C’est un élément essentiel à considérer.  Pour en savoir plus sur ce concept, je vous invite à lire les recherches qui traitent de l’effet pygmalion.  Même si cette recherche a été effectuée il y plusieurs années, elle est toujours d’actualité.  Je pense que si on en tenait plus compte, il y aurait moins de contamination de perception négative par rapport à certains enfants et l’interprétation de certains de leurs comportements qu’on évalue de manière négative et que cela renforce ces comportements du côté négatif justement.

De manière naturelle, lors de mes premières expériences d’emploi auprès des enfants, j’ai toujours adopté, de manière intuitive, ces outils à caractère humaniste, soit l’empathie et la compassion.  C’est ce qui m’aidait dans l’intervention auprès d’eux qui, soit disant, avaient des diagnostics de troubles de comportements ou autres.  Pour moi, il était plus important de porter attention aux besoins des enfants et aux raisons sous-jacentes aux comportements que je voyais, plutôt que de tenir compte du diagnostic que les enfants avaient reçu. Ainsi, je faisais du reflet et je voyais les comportements changer, je voyais aussi dans leur regard quelque chose qui semblait les toucher en profondeur.  Si j’avais adapté mes interventions selon le diagnostic de chacun des enfants, il y aurait peut-être eu alors un biais, soit un effet négatif sur mes types d’interventions.  Car cela aurait peut-être été teinté par un effet pygmalion.

Parallèlement, j’agissais comme ça avec les gens de mon entourage.  C’est dans les cours que j’ai vu que je faisais du reflet instinctivement.  Lorsque je me promenais ou que je m’assoyais dans un parc par exemple, souvent il y avait des enfants, des aînés, des gens de tous âges qui venaient me parler.  Je voyais que les gens ressentaient que je les comprenais d’une certaine façon.  J’étais dans un état d’ouverture.

De votre côté, qu’est-ce qui vous aide à être empathique et empreint de compassion?  Quels sont à votre avis les gestes et comportements à adopter pour développer ces habiletés?

Si vous êtes passionnés par la recherche, c’est un sujet intéressant à développer.  Une recherche expérimentale serait appropriée pour mesurer davantage l’impact de l’empathie et de la compassion, comme outil d’intervention auprès des enfants.  Une comparaison pourrait être faite selon l’âge des enfants, ainsi que d’autres facteurs à considérer.  Je crois qu’il existe certaines recherches actuelles sur l’empathie, mais je n’ai pas vraiment lu les résultats à la source.  C’est à suivre…

En ce jour de Saint-Valentin, je vous souhaite des petits plaisirs simples dans le moment présent, ainsi que la santé globale.  Que la santé soit dans toutes les sphères de votre vie!  Prenez du temps pour vous!

À votre santé affective et relationnelle!

Photo par Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.  J’ai fait imprimer la photo de ma toile Amour-Passion (2016, techniques mixtes, 16×20), sur cette tasse.

Que pensez-vous de l’empathie et de la compassion?  Quelles places occupent-elles dans votre vie et comment se manifeste-t-elles?

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure des articles de mon blogue, en respectant votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie 2014-2021

Intuition et passions, mes guides créatifs

Voici une carte mentale illustrant une partie de mon parcours intuitif concernant mon entreprise actuelle.  Habituellement, cette technique sert à trouver de nouvelles idées mais j’aime aussi m’en servir au même titre qu’un tableau et mettre le tout en couleurs.

Carte mentale et photo: Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice

Il y a plusieurs années, je me suis inscrite à l’université, à un cours de peinture à l’acrylique sur le thème des couleurs.  Cela faisait un certain temps que je pensais suivre à nouveau des cours de peinture et j’ai profité de l’occasion qui se présentait à ce moment.

J’ai eu beaucoup de plaisir même si j’ai réalisé que je maîtrisais les techniques associées à ce cours.  Le professeur m’avait d’ailleurs fait la remarque et mentionnait que je n’en avais donc pas besoin.

Pour ma part, je n’avais jamais fait d’acrylique sur toile, mais sur d’autres supports pour des projets d’artisanat.  Précédemment, j’ai étudié l’huile, l’encre de chine, l’encre de couleurs, l’aquarelle, le pastel sec et le pastel gras, le dessin, les techniques mixtes, la sanguine et le fusain.  Certaines techniques étaient tout de même différentes, mais il est vrai que cela se transpose d’une approche à l’autre.  Ce qui importe pour moi, c’est le plaisir de peindre.

J’ai donc poursuivi la session et j’ai compris quelques années plus tard les raisons qui m’ont poussées à vivre cette belle expérience sans me poser de questions en appréciant plutôt le moment présent.  C’était un rendez-vous que je me donnais avec le plaisir de repeindre à nouveau car cela faisait quelque temps que j’avais fait une pause.  Lorsque l’on se laisse guider par notre intuition et que l’on suit notre chemin cela nous mène à de belles surprises immédiates et aussi futures dont on n’a aucune idée pour l’instant, de l’impact positif que cela peut avoir sur une ou plusieurs sphères de notre vie.

Parmi les exercices à effectuer, il y a eu à peindre notre auto-portrait en monochrome à deux reprises, soit de la couleur désirée et par la suite en faisant un autre auto-portrait identique mais en utilisant une couleur complémentaire.  J’ai commencé à faire celui en orange et j’ai fait le deuxième en bleu.  Je les ai peint à l’aide de gestes spontanés, j’étais dans un état de flow.  J’étais absorbée tout ce temps.  Il est à noter que le flow est un terme emprunté à Mihaly Csikzentmihalyi (je vous invite à lire ses livres qui traitent de créativité, psychologie, de l’état d’être, etc.).

Comme je le mentionne souvent, c’est la toile qui m’indique le pas plutôt que le contraire.  Je me suis donc retrouvée avec des cheveux plus placés que ce que je voulais illustrer au départ, soit de me représenter avec des cheveux qui frisent dans tous les sens.  Quand j’ai pris du recul pour observer ma toile, j’ai remarqué que mes cheveux étaient en mouvement comme si le vent les orientait.  C’est à ce moment que j’ai été inspirée par le titre de Liberté d’être.

Toile Liberté d'être et signature

Photo et toile Liberté d’être (20 »X 24 », acrylique, 2009): Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.  Vous pouvez commander une toile sur mesure représentant votre logo ou je peux créer un logo pour vous.  Visitez ma boutique Etsy: Energiecreatrice pour plus de détails:  www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice

En 2014, lorsque j’ai conçu mon site web pour ma nouvelle entreprise, j’ai eu l’inspiration d’utiliser mon auto-portrait en fond d’écran pour me représenter.  J’ai compris alors pourquoi j’avais eu le feeling de suivre le cours d’acrylique jusqu’au bout.  Cet auto-portrait allait devenir mon logo d’entreprise et était représentatif pour les réseaux sociaux comme facebook, pinterest, etsy, instagram et maintenant ce blogue.  Quelle belle découverte!  Cela prenait tout son sens, cinq ans plus tard.

Mon logo d'entreprise

Photo de mon logo créé à partir de ma toile Liberté d’être (20 »X 24 », acrylique, 2009): Nancy Demers du Centre d’énergie créatrice.  Vous pouvez commander une toile sur mesure représentant votre logo ou je peux créer un logo pour vous.  Visitez ma boutique Etsy: Energiecreatrice pour plus de détails:  www.etsy.com/ca-fr/shop/Energiecreatrice

J’ai plusieurs autres anecdotes qui vont dans le même sens.  Que ce soit, à partir de mes loisirs, de mes intérêts et passions ou autres, des projets que j’ai réalisés pour le plaisir et qui un jour m’ont servi dans le cadre d’un emploi ou dans un autre contexte.  Je vous reviendrai à ce propos plus tard.

Avez-vous déjà vécu une situation du même genre?  Faites-vous partie des gens qui sont à l’écoute de leur intuition afin de mieux vivre leur vie, de vibrer selon leur personnalité profonde?  Avez-vous remarqué que chaque fois cela vous permet de rester sur votre route aux vibrations positives ou vous y ramène pour une meilleure qualité de vie?

Vivre simplement au lieu de se poser trop de questions nous permet d’habiter davantage notre corps plutôt que d’être toujours dans notre tête sans ressentir ce à quoi nous sommes connectés ou de moins en moins décoder les signaux , ceux de l’intelligence du corps.  Il est vrai qu’il importe à certains moments de s’auto-évaluer, de faire de l’introspection, de se remettre en question, tout en gardant l’essentiel qui est juste là devant nous ou à côté de nous, qui est dans le présent.  C’est cela pour moi la beauté de la vie au quotidien.  Je continue de me laisser guider par mes passions et mon intuition qui se logent, selon moi, dans la sagesse de mon corps, qui sait avant mon mental ce qui est bon pour moi.

Et vous quelles places donnez-vous à l’introspection, à vos passions et à votre intuition dans votre vie?

Si vous en avez envie, suivez-moi dans cette aventure des articles de mon blogue, en respectant votre rythme, vos croyances, vos valeurs et autres.  Chacun est responsable de la manière dont il utilise le contenu.  Prenez que ce qui vous convient en utilisant votre libre arbitre car je ne détiens aucunement la vérité.  Ce que je pense aujourd’hui ne sera peut-être pas ma réalité de demain.

©Célébrons la créativité qui nous met en contact avec notre joie profonde et notre liberté d’être! Nancy Demers du Centre d’énergie 2014-2021